Yannick Poiré – Photoblog (site optimisé en 1280px pour Firefox ou IE > v6)

photographie oiseaux et nature

À propos

Originaire du Nord de la France (des Flandres), j’ai commencé la photo en 2007. Ce hobby est venu remplacer la musique qui m’obligeait à rester enfermé beaucoup de temps pour répéter… difficilement compatible avec la vie de couple :). La photographie par contre permet bien plus souvent d’en faire profiter les proches.

J’ai commencé avec du matériel Pentax (K100D Super) et j’ai rapidement enchaîné avec pas mal d’objectifs de toutes sortes et de nouveaux boitiers plus performants (K20D, K7). Malheureusement, malgré les attraits de la marque (ergonomie, compacité), Pentax ne me satisfaisait plus à cause des performances à la traîne de son autofocus (ou/et de la réactivité de leurs boitiers qui font que, sur sujets remuants ou lors d’utilisation de profondeur de champ faible, la mise au point ne se fait plus tout à fait là où l’on aurait souhaité au moment du déclenchement). Cet autofocus (AF) n’étant pas renouvelé depuis bien trop d’années, je me suis lassé d’attendre. Et suite à une augmentation démesurée et incompréhensible des prix de cette marque, j’ai décidé de revendre la totalité de mon matériel pour passer chez Nikon.

Bien qu’ayant perdu en compacité, poids et un peu en ergonomie à mon goût, tout le reste fût significativement amélioré ce qui me permet de pratiquer mon hobby préféré avec moins de frustration. Quand une photo est loupée, c’est 9 fois sur 10 de ma faute. 😀

Actuellement j’ai donc en ma possession un boitier D300 et quelques objectifs qui me permettent d’être polyvalent. Je photographie donc un peu de tout mais j’essaye de faire des progrès en photo naturaliste le week-end et plus particulièrement en photographie d’oiseaux puisque je bénéficie de conseils avisés auprès de l’un de mes frères. Ca demande surtout beaucoup de préparation pour savoir où et quand placer des affûts ainsi que pour en fabriquer de corrects : qualité suffisante de camouflage tout en restant pratique à installer/transporter.

Petite revue de mon matériel :

Boitier D300 : Depuis 2 ans, ce n’est ni plus ni moins que le meilleur boitier APS-C expert sur le marché. Canon vient juste de revenir dans la course grâce à son EOS 7D. Cela ne vaut pas le coup de le remplacer par le D300s mais j’attends avec impatience le prochain boitier :).

Pour ma part ce boitier me donne entière satisfaction mis à part pour deux détails mais qui sont agaçants à la longue : les menus, dans lesquels on se paume facilement, et cette fichue touche ISO qui ne permet pas d’activer le mode iso auto. On doit pour cela passer par les menus. Quel dommage ! A quand une mise à jour du firmware ???

Par contre, c’est un plaisir d’utiliser ce boitier. Pour son AF évidemment, le boitier est connu pour ca, mais c’est surtout pour la justesse de l’exposition, la balance des blancs (plus que correcte même si je travaille en RAW) et pour le rendu très naturel des couleurs.

Mise à jour de l’été 2010 : achat d’un D700 suite à une promo agressive de Nikon :). J’ai donc craqué un peu déraisonnablement de façon à avoir un appareil capable de monter à 6400 iso proprement (équivalent grosso modo aux 1600 iso du D300). Le but est multiple :

  • utiliser cet appareil pour la photo de mammifères en sous-bois ;
  • profiter d’une transition net/flou plus agréable pour les portraits ;
  • éventuellement quand la lumière manque en affût…

Le boitier est à 99% identique à celui du D300, donc pas de dépaysement une fois en main. Sur le terrain, le D700 reste un “Full Frame Low cost” contrairement au D300 qui est dans le “top APS-C”. L’exposition est moins juste que celle du D300, ainsi que la balance des blancs, et il vaut mieux éviter les JPEG car non optimisée. En RAW, la récupération permet d’obtenir une dynamique bien plus importante. Par contre, contrairement au D300 (mais cela est corrigé avec le D300s), on peut utiliser le 14 bits sans ralentissement globale du boitier (déclenchement et rafale). Et puis il y a tous les avantages d’un FF…

Côté objectifs, tout d’abord une focale must en photographie naturaliste, le Nikkor AF-S 300mm F/4 : Cet objectif est tout simplement un incontournable car il permet de s’équiper d’un 300mm de qualité tout en restant abordable… Ok ca fait tout de même plus de 1000€ mais comparés aux milliers d’euros d’un 300mm F/2.8 ou 500mm F/4, c’est tout bonnement la seule alternative pour obtenir un objectif animalier de qualité (optique et AF) sans revendre sa voiture.

Sa distance de mise au point minimale autour de 1m50 permet de faire quelques clichés de proxi si on a pas son objectif macro monté sur le boitier. De plus, son AF silencieux est un avantage indéniable pour la photo en affût où le silence est d’or. Couplé à un convertisseur 1.4 il permet de passer à un 420mm F/5.6 avec une perte très contenue de ses performances…

… Mais pour ma part j’ai opté pour le TC17E-II Nikkor : ayant déjà testé un TC 1.4x chez pentax, le gain en focale (300 –> 420mm) n’est finalement pas assez convaincant à mon goût. J’ai préféré prendre un convertisseur 1.7x qui a certes détérioré davantage la qualité de l’image (on se retrouve avec du F/6.7 en pleine ouverture) mais qui permet tout de même de conserver l’AF. Bien sûr il est considérablement ralenti mais son accroche reste encore très convenable pour des sorties affûts et permet d’obtenir tout de même un bon 500mm. Peut-être prendrais-je un TC14 plus tard mais pour l’instant je suis bien content des résultats de ce combo 300mm + TC17 même si le rêve serait de pouvoir le mettre sur un AF-S 300mm F/2.8 VR (stabilisateur optique) ou mieux : un AF-S 500mm F/4 VR !

A côté de ca, j’ai fait l’acquisition d’un Sigma 150mm F/2.8 Macro HSM : J’ai longtemps hésité avec le Nikkor 105mm F/2.8 VR, évidemment pour sa stabilisation, mais finalement j’ai pris ce Sigma pour tester une focale plus longue en macro car j’avais déjà eu un sigma 105mm chez Pentax. Ce sigma 150mm macro a la réputation d’être pratiquement imbattable en résolution mais en pratique je pense que l’écart est imperceptible avec le nikkor 105 VR.

A l’usage, je déconseille au débutant en macro de prendre un 150mm. C’est clairement plus difficile à utiliser par rapport à un 105mm qui est la focale passe-partout pour la macro sur appareil APS-C. Mais ensuite même si le taux de réussite devient ainsi moindre, l’usage d’un 150mm devient plus aisée pour les clichés d’insectes farouches et permet vraiment de bien les isoler d’un fond de végétation pas toujours très esthétique.

Ayant eu auparavant un Tamron 28-75mm F/2.8, j’affectionne tout particulièrement ce range de focales sur appareil APS-C. Beaucoup considèrent que ce range ne constitue pas la référence en terme de zoom trans-standard quand il n’est pas sur un appareil plein format (24×36) mais je ne partage pas cet avis pour mon usage. L’équivalence sur APS-C serait de prendre un 17-50 mais 17mm est une focale qui déforme beaucoup les perspectives vu le grand angle ainsi formé et 50mm est définitivement trop court pour faire des portraits serrés sans se coller aux personnes. Je préfère donc m’équiper d’un UGA (Ultra Grand-Angle) comme un Sigma 10-20mm (que j’avais auparavant et que je compte racheter… ou alors le nikkor 10-24) et ensuite de bénéficier d’un zoom 24-70 ou 28-75mm qui est idéal à mon sens pour les photographies de type “reportage humain” (mariage, famille, soirées…). 24mm n’est pas très grand angle mais suffit généralement pour ce type d’usage et permet de ne pas trop déformer les visages. 70mm est un bon compromis de focale pour faire des portraits autant à l’extérieur qu’à l’intérieur (portraits serrés). Ainsi, grâce à une occaz, j’ai donc fini par opter pour une référence chez Nikon : le Nikkor AF-S 24-70 F/2.8 IF ED N. Malgré le fait qu’il révèle tout son potentiel sur appareil plein format, ce zoom rivalise déjà de qualité avec les focales fixes sur APS-C (même si les focales fixes restent tout de même devant pour le rendu général et notamment le bokeh). Mais ce qui m’impressionne le plus c’est la rapidité du 24-70 nikkor et la précision de son AF ! 😯

Enfin, aimant beaucoup faire des portraits, je ne pouvais passer à côté de l’un des meilleurs rapport qualité/prix chez Nikon (il y a notamment le 35mm F/1.8 DX AF-S), c’est l’AF-D 85mm F/1.8. Le digne remplaçant de mon Pentax DA70mm Limited F/2.4 (même si son plus proche concurrent serait plutôt le Pentax FA77mm Limited F/1.8).
Cet objectif est vraiment agréable à utiliser. Sans être AF-S, l’autofocus n’est pas très bruyant et reste précis. Le rendu que cet objectif donne est vraiment idéal pour les portraits : chaud, un piqué au top tout en gardant de la douceur. Et grâce à son ouverture, on peut vraiment bien mettre en évidence le regard d’une personne par une faible profondeur de champs et une mise au point sur les yeux.

A côté de cela, outil indispensable pour la macro et les portraits : le flash. Après hésitation avec le Metz Mecablitz 58 AF-1 digital (notamment pour son système de double flash), j’ai opté pour la valeur sure qu’est le flash Nikon Speedlight SB-900. Si j’avais pu tester les deux flashs avant achat peut-être que j’aurais choisi le premier. Mais en tout cas, ce flash SB900 me donne entière satisfaction. Par rapport à mon ancien flash Sigma EF-530 DG Super, ca n’a rien à voir. Notamment : qualité de fabrication, vitesse de recharge entre deux éclairs, autonomie, homogénéité de la lumière et fiabilité du rendu :).

A venir… sans doute l’achat d’un nouvel UGA. C’est une gamme de focales très ludique vu les déformations qu’elles entrainent. Ce type d’objectifs je les destine en particulier aux photographies d’architecture et de paysages. En famille, et en avec les enfants, ca permet de faire des clichés très amusants également.

Hormis le matériel photographique proprement dit, j’ai également fait l’achat :

–> d’un monopod Manfrotto 679B et d’une tête 234RC avec plateau rapide RC2. J’avais hésité avec le 680B car ce dernier était plus court une fois replié mais je ne regrette pas mon achat. Ce n’est pas bien grave s’il est un peu plus long car son poids est moindre ce qui est essentiel. Le 679 n’a déjà pas un poids négligeable. De plus, moins il y a de sections et mieux c’est pour la rigidité et donc la stabilité quand l’appareil est monté.

–> d’un trépied Manfrotto 190XproB et d’une tête 804RC2. Ca n’est pas le plus pratique pour l’animalier mais c’est une tête polyvalente pour d’autres usages comme pour faire des panoramas.

–> De filtres UV, gris neutre et polarisants…

–> d’une Ghillie suit, fourrure de Wookie que j’ai découvert sur le blog de Cédric Girard (et vous pouvez aller faire un petit tour sur son site photo pendant que vous y êtes 8) ). Je ne l’ai testée qu’une fois mais avec un peu de pratique je pense que cela sera pas mal du tout pour l’approche des mammifères comme les chevreuils ou même peut-être les sangliers si je m’entraîne suffisamment.

–> d’écharpes et filets de camouflage comme les filets 2 ou 3 ici. Ces filets sont effectivement indémaillables et s’accrochent très facilement à la végétation sans se détériorer. Un must. En prenant la grande version et en le coupant en deux, l’un des morceaux recousu sur lui-même tout en laissant un passage pour l’objectif m’a permis de me faire un poncho de camouflage. L’autre morceau je m’en sers en affût fixe en complément.

–> d’un siège trépied facilement transportable de chez jama.fr. Mais j’aurais dû en prendre un avec des pieds présentant plus de surface au sol pour éviter de m’enfoncer dans la terre humide.

–> d’un parachute militaire (acheté dans un stock américain près de chez moi mais qui a une boutique ebay sous le pseudo vendeur ‘ventout81’) pour faire des affûts. Car même s’il existe des affûts géniaux dans le commerce, ils coutent souvent entre 100 et 300€ et pour ma part il n’est pas question de laisser sur place un affût de ce prix. Car bien souvent, il faut laisser l’affût en place plusieurs jours pour que les animaux s’y habituent. Ce parachute m’a permis ainsi la découpe de plusieurs grands morceaux de toiles et même d’y ajouter des fenêtres grâce à quelques séances de couture. J’ai également mis sur le pourtour des œillets achetés en magasin de bricolage. Afin de percer le polyester pour les fixer il suffit de faire des trous avec un fer à souder.

–> De deux sacs photos (voir ces sites pour faciliter le choix : http://www.cambags.com & http://www.taschenfreak.de/indexliste.htm) :

* un Lowepro Slingshot 200AW qui est bien pratique pour les promenades et bourré de rangements. Mais malheureusement, si c’était à refaire je ne prendrais pas ce sac… Le fait de pouvoir basculer le sac devant soi pour prendre le matériel sans poser le sac par terre est séduisant mais il vaut mieux ne pas avoir trop de poids : le support sur une seule épaule ankylose méchamment au bout d’une journée de portage ! A la place je prendrais plutôt un FlipSide 300.

* J’ai également depuis peu de temps un Lowepro CompuTrekker AW Plus

Mon choix s’est orienté vers ce sac pour 3 raisons principales :

  1. contenir tout mon matos + PC portable (et notamment un éventuel futur 500mm F/4)
  2. un sac de dimensions compactes pour pouvoir être emporter en voyage avion (donc dimensions réglementaires en bagage cabine)
  3. être confortable pour de longs portages

Les alternatives étaient : le sac ThinkTank Airport Acceleration V2 mais les retours le donne comme mauvais en confort de portage ; le sac Lowepro Vertex 200AW il m’avait tapé dans l’oeil mais malheureusement il ne respecte pas d’un chouilla les restrictions de dimensions cabine avion et des retours sur les forums l’ont confirmé 🙁 ; le sac Kata R-103 mais finalement j’ai eu peur qu’il soit trop petit ; enfin, le GuraGear Kiboko… trop cher 😀 .

4 réponses à “À propos”

  1. Enrique

    Salut Yannick,

    J’ai (enfin) pris le temps de regarder ton site et là je dois dire que c’est énorme: sujets intéressants, toujours une très belle lumière, des cadrages nickels, et j’en passe. Je suis à des années lumières de pouvoir proposer un tel travail. En plus le site est super bien fait.
    Un seul mot: bravo.

    Je vois que t’es passé en Nikon: tu as osé toi! Moi je me tâte, mais bon d’un autre côté je n’ai pas le meme usage ni la meme expérience!

    Bon, faut que tu viennes me donner des cours à domicile! Quand est-ce que vous venez?!

    A+

    Enrique

  2. Yannick Poiré

    Hello,

    Vraiment ravi de ton commentaire surtout en sachant qu’on vient tout deux d’un milieu où le sens critique se doit d’être omniprésent. Merci !
    Pour les cadrages j’essaye de les soigner au maximum lors de la prise de vue mais sinon je corrige autant que possible en post-traitement. Pour les couleurs, généralement je m’arrange toujours pour qu’elles soient le plus naturelles possibles mais j’aime aussi arranger les contrastes et le rendu pour embellir les clichés si possible (ca me fait d’ailleurs penser qu’il faudra que je rajoute ici un petit paragraphe pour expliquer ma façon d’aborder la photo…).

    Pour le matériel, même si ca m’a un peu gêné de partir chez un “gros” (j’aimais bien le côté village gaulois de pentax ;-)), il faut tout de même avouer que, lorsqu’on atteint un niveau technique suffisant pour en profiter ou en avoir “besoin”, Nikon ou Canon sont un bon step devant en performances générales. Je suis vraiment ravi de mon switch. Attention, ca ne veut pas dire que mes photos à présent sont plus jolies qu’avant (rigoureusement un petit peu quand même mais faut vraiment avoir l’habitude pour voir la différence) mais ca veut surtout dire que mon taux de réussite de clichés a bien augmenté !

    Pour notre venue, c’est en cours de préparation. Je t’ai envoyé un mail…

    A bientôt 😀 !

  3. Beirao

    Bonjour Yannick ! Je suis un curieux de la photographie 🙂 je suis amateur est j’aimerai quelque conseils .. Par la meme occasion, Vous n’habitez pas vers Amiens, ou Glisy ? Je connais un Yannick Poire par la :). Merci de repondre !

  4. Yannick

    Mail envoyé 🙂

Laisser un commentaire